Librairie du Labyrinthe

Maison d’Édition

37, rue du Hocquet
80000 Amiens

03.22.92.23.52

Librairie du Labyrinthe
#TITRE

Prix : 15 €

192 pages

Format : 14 x 21cm

Date de parution : 2016

Les rois barbares

Nouvelles de François Thibaux

De moi, homme de peu, nul ne dit rien. Et personne ne me parle. » Prononcées par un des personnages du recueil Les rois barbares, ces deux phrases donnent le ton des onze nouvelles qui, remontant le temps, s’échelonnent de 2015 à 1950, traversant plus d’un demi-siècle où l’on retrouve les hantises de tout être humain : la pauvreté, la solitude, la mémoire, l’innocence, la présence des morts, la violence et la “barbarie ordinaire” qui imprègne nos vies. Mais aussi la beauté du monde, sa présence charnelle que s’efforce de rendre l’écriture à la fois réaliste et lyrique de François Thibaux.


Ici, hêtres, chênes, frênes, érables, peupliers, bouleaux et saules marsaults
s’enchevêtrent, s’enlacent comme des amoureuses. Épaule contre épaule,
leurs racines à demi déterrées dessinant sur les pentes des tibias, des crânes,
des bras ou des têtes de tortue, ils se penchent et forment au-dessus des cours
d’eau des voûtes sous lesquelles règne une immobilité que rien ne perturbe,
hormis, soudain, de grands cris en plein ciel.
Les buses plongent sur leur proie ou affrontent en combat singulier les
corneilles acharnées à défendre leurs petits. Plus bas, les canards jacassants
filent comme des missiles. Là-haut, près des nuages, un cygne indifférent
au cou tendu passe avec un bruit de forge. Impassibles, les hérons semblables
à des oiseaux d’avant le monde traversent les jardins et se posent au bord des
étangs ou sur le plateau, au milieu des champs. Dès lors, la forêt retrouve son
silence.

Ce fut dans son ombre bienfaisante trouée par le soleil que je la vis, un
matin de septembre, vaciller en actionnant sa sonnette, très droite sur sa bicyclette
freinée par la gadoue. Petite vieille frisée et frêle, elle pédalait avec
vigueur au milieu du sentier, maintenant en équilibre instable son guidon
flanqué d’un panier de métal où elle avait rangé son sac, une paire de mocassins
bon marché et un imperméable plié avec soin, en cas d’averse.
Elle s’arrêta à quelques pas de moi, devant le perron, ficha ses pieds
dans l’herbe et dit en reprenant son souffle :
– Je viens pour l’annonce.

Extrait de “l’écureuil”

Les livres